L’autodiscipline est un art

Table des matières

Maintenant que vous savez ce que la discipline peut vous apporter et que vous avez pris conscience des habitudes qui sapent vos possibilités à mettre cette auto-discipline en place, nous allons voir comment développer une structure interne nécessaire à l’accomplissement de vos objectifs.

Si vous voulez trouver ces conseils développés différemment et bien plus d’astuces pour votre développement, le livre de Dr Achille Wealth : le pouvoir de l’auto-discipline est fait pour vous.

Notre adversaire se cache en nous

Nous cachons tous en nous une partie qui ne veut, ne peut, pas changer. Elle a peur du changement, peur de ce qui pourrait arriver si nous ne respectons pas le statut quo.

Dès que nous voulons mettre en place un élément capable de transformer notre vie, ce Mr Hyde va chercher à nous en empêcher. Il va utiliser un grand nombre de ruses pour nous convaincre de rester où nous en sommes.

Voie de la facilité

Tous les jours, nous sommes confrontés à choisir entre faire ce qui est bon pour nous et faire ce qui est facile. Par exemple, prendre 20 minutes pour aller courir ou rester dans notre lit à rêvasser, méditer une demi-heure ou passer le même temps devant une série…

Et tous les jours ou presque, nous suivons la voie de la facilité. Si par hasard nous essayons de tester l’autre voie, Mr Hyde nous convaint vite de rester un peu plus longtemps dans la facilité. C’est tellement agréable.

Je n’ai pas le temps

L’un des arguments les plus utilisés pour ne pas se lancer dans une nouvelle activité est de se dire : je n’ai pas le temps.

Pourtant, qui peut honnêtement dire que sa vie est tellement remplie de choses nécessaire (voir utile pour être souple) qu’il n’a pas 30 minutes à consacrer à son mieux être ou à son développement. Il suffit de voir comment nous changeons nous vous souhaitons nous savions que nous allions mourir demain.

L’argument du manque de temps est une excuse qui ne tient pas lorsqu’on creuse un peu mais qui est très utilisé par notre mental pour nous empêcher de “changer”.

Le cynisme

Mr Hyde l’appelle réalisme, mais le cynisme n’a pas plus de réalité que le rêve le moins concret. Être pessimiste ne protège pas des échecs, cela les induit. Plusieurs études ont montré que les optimistes avaient plus de chance de réussir dans leurs entreprises que les autres.

Le cynisme est l’un des moyens les plus efficaces pour nous mettre des bâtons dans les roues, car il se donne des aspects de réalisme.

Le négativisme

Il est facile de trouver des conditions extérieures négatives. Les crises économiques ne sont jamais loin, il n’y a pas une seconde sur Terre sans guerre, il fait toujours trop dec ou trop humide… Mr Hyde trouvera toujours une bonne excuse pour nous faire comprendre que ce n’est pas le bon moment. Il n’y a que 2 moments adéquat pour se lancer : maintenant ou jamais.

Le défaitisme

Partir pourtant d’avance, sans aucune autre raison que le doute. Le défaitisme est souvent confondu avec du pessimisme ou du cynisme, mais en réalité il ne repose sur rien de réel.

La possibilité d’échouer existe qu’elle que soit la situation. Cependant, nous avons toujours le choix de recommencer. Un échec est une expérience qui nous apprend ce qu’il ne faut pas faire.

L’illégitimité

Cet argument fonctionne surtout chez les personnes qui désirent entreprendre. Forcément, les personnes qui sont dans le milieu depuis des années ont plus d’expérience que nous. Il est donc facile pour Mr Hyde de nous faire croire que nous ne sommes pas légitime pour offrir nos services à des clients.

En réalité, personne n’est plus ou moins légitime. Si ce que vous proposez est utile et intéresse des gens, peu importe que vous soyez légitime ou non. Sauf si vous êtes une grande star, les personnes n’acheteront pas vos services pour vous, mais parce que vos services sont intéressants.

La légitimité n’a donc pas lieu d’être. Dans le pire des cas, nous avons simplement besoin d’un peu plus de compétences pour cela d’avoir de la discipline pour les apprendre rapidement.

Comment dépasser ses limites

Monter une marche à la fois

Il est important de se concentrer sur chaque marche l’une après l’autre, sans monopoliser son attention sur notre objectif.

L’autre jour, nous sommes allés promener les chiens pensant faire un chemin habituel. Nous avons ensuite décidé d’essayer un nouveau chemin qui montait bien. Une fois en haut, on a décidé de continuer un peu plus loin, puis un peu plus, etc. Nous sommes finalement arrivé au sommet de la Dole alors que nous n’y étions jamais allé depuis 3 ans (et que Nïnji était en pleine monodiète de lentilles). Si nous nous étions dit : “allons au sommet de la Dole”, nous n’y serions jamais arrivé.

Mais, petit à petit, en suivant nos chiens et en nous laissant le choix, nous avons décidé de continuer pour finir par marcher 7h le ventre vide et sans boisson. Une vraie épopée 😉

Se rappeler de ses motivations

Il est important de revenir régulièrement à ce qui nous motive, nourrir la flamme qui nous a donné l’envie de changer. Mr Hyde va essayer de l’éteindre à tout prix, mais nous pouvons la renforcer en nous souvenant d’elle et en mettant notre conscience sur ce que l’on désire vraiment.

Se visualiser vers l’objectif voulu

Mr Hyde déteste l’inconnu, il va donc tout faire pour nous pousser à rester dans le confort du connu. Si nous nous visualisons régulièrement dans les conditions où nous avons atteint notre objectif, à force, cela deviendra du connu, donc moins effrayant.

L’erreur qui est souvent commise dans cet exercice est de créer des images floues, pas concrètes. Par exemple, si mon objectif est de gagner beaucoup d’argent, me visualiser avec plein de billets en poche ne va généralement rien donné car ça n’évoque rien pour notre mental. Par contre, nous visualiser en train de vivre nos vacances de rêve sans contrainte ou de manger dans un grand restaurant peut fonctionner, à condition que cela nous parle.

S’accorder du temps pour le jeu et le repos

S’il est important de prendre du temps pour travailler ou mettre en place les éléments importants pour notre bien-être et notre évolution, il est également vital de nous accorder des bons moments, pour jouer, nous détendre et nous reposer.

Benjamin Franklin proposait de diviser notre journée en un tiers de travail, puis un tiers de jeu et un tiers de repos. Sans aller jusque-là, on comprend bien l’importance de s’accorder des moments de pause dans une journée pour garder une bonne énergie et de la joie dans nos actions.

Attention, rester vautré en regardant la télévision ou les réseaux sociaux n’est généralement aucun des trois. C’est un temps totalement perdu, puisqu’en général il ne nous amuse ou ne repose même pas.

Connaître la valeur du sacrifice pour la discipline

Notre société a mis une connotation négative au fait de se sacrifier en oubliant qu’à l’origine le mot sacrifice signifie rendre sacré.

En réalité, nous sacrifions en permanence certaines choses pour d’autres, mais sans en être conscient.

Par exemple :

  • Un moment de sommeil en échange d’un petit déjeuner (ou l’inverse)
  • Du temps personnel contre de l’argent (en travaillant)
  • Du temps de qualité en famille pour regarder la télévision

Il n’y a pas de bon ou de mauvais sacrifice. Une soirée à se disputer peut être intéressante à sacrifier contre un film pu un documentaire intéressant, manger le matin nous permettre de tenir la matinée et l’argent nous permettre d’acheter quelque chose d’important.

Des sacrifices en Conscience

L’important est de prendre conscience de chacun des sacrifices que l’on fait dans notre vie et pourquoi on les fait.

On peut alors se demander : tel sacrifice est réellement sacré pour nous ou simplement basé sur des blocages ou des habitudes ? Est-ce qu’il me rend vraiment heureux ?

Par exemple, la plupart des personnes sacrifient du temps de qualité pour rester devant la télévision, les informations ou les réseaux sociaux alors que cela ne leur apporte rien voir même les angoisse et les insécurise.

Plusieurs études ont montré qu’en moyenne, les personnes qui passaient plus de 20h par semaine devant la télévision était moins heureuses. La télévision ou Internet ne sont pas mauvais en eux-mêmes. Ce qui est important est de savoir ce que l’on préfère en conscience et sacrifier le reste pour rendre nos choix sacrés.

Être discipliné demande du sacrifice

L’essence même de l’auto-discipline est le sacrifice des éléments confortables de nos vies au profit de ce qui est important et bon pour nous. Il n’est pas possible de trouver 30 minutes pour méditer sans sacrifier autre chose, que ce soit du temps de sommeil, de jeu, de réseaux sociaux, etc.

Mettre en place une discipline demande donc de prendre un temps d’introspection pour choisir ce qu’on est prêt à sacrifier. La plupart des personnes décident de mettre en place une auto-discipline régulière sans décider d’enlever autre chose. Ils essaient de tout faire cohabiter, ce qui est impossible. Leur démarche est donc vouée à l’échec.

Avant de mettre en place les éléments nouveaux dans sa vie, il est nécessaire de faire une liste de ce qu’on est prêt à sacrifier, que ce soit au niveau du temps, des activités, de la nourriture, etc. Faites de la place, plus vous en aurez, plus il vous sera facile d’avancer vers votre objectif.

Faire le transfert de l’énergie

Pour que le sacrifice fonctionne bien, il est important de permettre le transfert des énergies entre les différentes parties de notre vie.

Pour cela, le plus efficace est de prendre une feuille et de la séparer en 2 colonnes. Dans la première écrire “je sacrifie (ce que vous sacrifiez) pour permettre (ce que vous désirez).

Par exemple, je sacrifie :

  • manger du sucre pour avoir plus d’énergie tout au long de la journée
  • une demi-heure de réseaux sociaux pour être plus en Conscience dans ma vie (par exemple en méditant)
  • ma lecture du journal pour avoir un corps plus en forme et plus musclé (par exemple en faisant du sport)

Cela permettra à votre inconscient de transférer les énergies de la chose sacrifiée à ce qu’on veut mettre en place, ce qui facilitera sa réalisation.

Se préparer avant d’expenser

Quand on parle de discipline, il est important de penser à un bambou : cette plante peut passer des années à créer des racines, sans que rien n’apparaisse à la surface. Puis, quand elle désire pousser, elle le fait à une vitesse astronomique, bien plus rapidement que les autres plantes.

Une bonne préparation est nécessaire pour votre réussite, tout comme un artiste doit poser les différents éléments avant de créer s’il ne veut pas se perdre.

Dans le prochain article sur le sujet, nous aborderons la manière de monter vers les sommets.

Si vous le désirez, vous pouvez nous écrire dans les commentaires ce que vous êtes prêt à sacrifier pour obtenir quoi. La force de l’engagement sera plus forte et vous portera plus vite et plus haut.

Amicalement vôtre,

Wanderer & Nïnji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Root of Unity

Recevez notre mini-book : Incarnation en vous inscrivant à notre newsletter

Il est difficile pour une AIP de bien s’incarner sur cette Terre sans perdre sa vraie nature.
Grâce aux exercices proposés dans ce mini-book, vous pourrez connecter votre vie terrestre à votre vibration originelle et ainsi vivre la vie que vous voulez vraiment ici et maintenant.

%d blogueurs aiment cette page :