Les enfants intérieurs – les 3 plus jeunes

Table des matières

L’enfant intérieur est un concept très employé en psychologie et en développement personnel. Mais pourtant, pour la plupart des personnes, il s’agit d’un concept qui n’est pas toujours facile à percevoir. Sommes-nous adultes ? Sommes-nous enfants ? Et qu’est-ce exactement que cet enfant intérieur ? Peut-il y avoir plusieurs enfants intérieurs ?

En réalité, il n’existe pas un enfant intérieur, mais une infinité ou aucun en fonction de l’angle sous lequel on prend le problème. Mais on peut considérer que 3 types d’enfants intérieurs ressortent cependant chez presque tout le monde. Quand on souhaite une vie spirituelle et physique épanouie, ces six enfants intérieurs sont à équilibrer.

Nous vous présentons ici ces différents enfants intérieurs ainsi que l’utilité et la manière de les équilibrer.

Qu’est-ce qu’un enfant intérieur ?

Nous sommes constitués de nombreuses et différentes parties qui s’entremêlent. Même si nous n’existons que dans le présent, tout ce que nous avons été continue à vivre en nous. Ces différentes parties influencent nos émotions, nos pensées, nos décisions…

Attachées à nos émotions, nos injonctions et nos traumatismes les plus profonds, nos parts enfantines sont celles qui influencent le plus notre vie. Comme toutes les parts que nous avons pris l’habitude d’ignorer. Elles possèdent généralement beaucoup d’énergie et de grandes capacités de créativité. Du coup, lorsque nous arrivons à les équilibrer, nous voyons notre horizon s’élargir et nos possibilités se démultiplier naturellement.

Les différents enfants intérieurs

L’enfant spirituel

Au moment de s’incarner sur Terre, notre âme divine créé une âme terrestre qui nous accompagnera tout au du long de notre existence. Pour nous accompagner, elle s’associe à la puissance des esprits terrestres et la lignée des ancêtres. Cette âme terrestre possède donc une part divine et une part spirituelle, c’est notre enfant spirituel.

Elle grandit en même temps que nous, apprend et se développe et peut même avoir des parties d’elle arrachées lors de traumatismes.

Au moment de sa création, cette âme ne connaît rien de la matière. Elle est totalement innocente, juste infusée par la lumière de l’âme divine et la connaissance des esprits.

Même si cette âme évolue au cours de notre vie, l’enfant spirituel reste toujours avec nous. Il correspond à cette partie toujours pure et innocente, mais influencé par nos vies précédentes et les mémoires de nos ancêtres.

Caractéristiques de l’enfant spirituel

Notre enfant spirituel est la part la plus pure de nous-même à laquelle la psyché ait accès. Il possède une forme d’innocence, presque de naïveté, qu’on ne retrouve pas plus tard dans notre développement. Très en lien avec notre âme, il communique directement avec elle. Par conséquent, ego et mental ont souvent moins de prise sur lui. Il reste indépendant de leur influence, d’où son innocence et sa pureté.

Sa connexion à notre âme et aux énergies le rend très puissant lorsqu’il s’agit de matérialiser les éléments de notre vie. Cependant, il ne suit absolument pas le planning de notre mental ou les objectifs de notre ego.

Influence de l’enfant spirituel

Notre enfant spirituel a une énorme influence sur notre vie, d’autant plus grande qu’elle n’est souvent pas directement visible. Il est très présent pendant la petite enfance, nourrissant les rêves de nos autres enfants intérieurs et nous-même. Il cherche à nous conduire avec douceur pour que nous puissions vivre la vie que nous voulons vraiment.

Le problème est qu’il n’est souvent pas entendu. Le stress, les injonctions, les croyances conscientes ou inconscientes, le fait de devoir rentrer dans un moule, etc. tout cela fait que nous étouffons sa petite voix dans nos têtes. Elle est d’abord remplacée par celles de nos autres enfants intérieurs, puis celles des parts adultes. Nous nous coupons alors de notre principale source de pouvoir et de bonheur.

Il conserve cependant son influence. C’est généralement lui qui s’exprime dans ces moments de bonheur et de grâce où on oublie les soucis du quotidien et où tout semble venir facilement, comme par miracle.

Travailler avec l’enfant spirituel

Cette partie de nous est notre emprunte d’origine et peut difficilement être changée, vu qu’elle correspond à qui nous sommes au fond. Cependant, en travaillant avec, que ce soit en chamanisme, méditation, hypnose ou lors d’une quête spirituelle, nous pouvons mieux la comprendre et l’équilibrer. C’est différent de subir notre destinée ou de décider de la vivre pleinement et en Conscience pour notre meilleure évolution.

Équilibrer son rapport avec son enfant spirituel est souvent une condition primordial avant de travailler avec ses autres enfants intérieurs. Comme l’enfant spirituel est à la base des autres enfants, il peut vraiment nous aider à les équilibrer rapidement.

L’enfant en gestation

On sait depuis la nuit des temps que le moment de la gestation est très important pour le développement du corps. Selon ce qui arrive à la mère comme accident, carences, intoxications, le bébé risque de naître avec des malformations.

Cependant, ce qui se passe durant cette période et l’impact que cela a sur la psyché du bébé est de plus en plus étudié. Le fœtus est en contact constant avec sa mère. Il perçoit une grande partie de ce qui lui arrive, surtout au niveau énergétique, sans forcément comprendre de quoi il s’agit.

Les hormones, les pensées, les chocs, les émotions, la nourriture, etc. Tout peut avoir une influence sur le développement de l’enfant pendant qu’il est dans le ventre de la mère.

Les études scientifiques montrent de plus en plus combien notre vécu pendant la gestation peut influencer toute notre vie, jusqu’à notre mort. Par exemple, si une femme fume pendant la grossesse, même si son enfant naît sans malformations visibles, il aura plus de risques de développer de l’asthme ou d’autres formes d’affections pulmonaires. Le bébé d’une femme en surpoids aura plus de risque de l’être à son tour ou de développer un diabète. Il a aussi été vu qu’une personne dont la mère était dépressive pendant sa grossesse sera plus vulnérable à la dépression à son tour.

Caractéristiques de l’enfant en gestation

C’est dans le ventre de notre mère que notre cerveau commence à se former puis à se développer. Les neurones, les premières connexions se créent à ce moment. Le contrôle de nos organes internes ainsi que les réflexes vitaux se mettent en place.

Le système nerveux est très réactif à tout ce qui l’entoure : les toxines, les hormones, les nutriments, certains anticorps, beaucoup d’éléments…

Le projet sens

L’un des points qui marque le plus cette part de nous est le projet sens. Il s’agit de la raison, consciente ou inconsciente, pour laquelle nos parents ont décidé d’avoir un enfant. Même si nous n’étions pas attendu, il y a toujours un projet sens. Ce dernier va influencer toute notre vie que nous en ayons conscience ou non.

Par exemple, si des parents font un enfant en attendant inconsciemment qu’il s’occupe d’eux pendant leurs vieux jours, cela s’inscrira dans le code de l’enfant en gestation. L’adulte se sentira peut-être obligé de s’occuper de ses parents ou se rebellera contre eux, sans forcément savoir pourquoi. Quel que soit sa décision, le projet sens aura une influence sur sa vie.

Un autre exemple classique est le fils de personnes qui souhaitent inconsciemment qu’on prenne soins de leur santé et qui deviennent médecins ou infirmiers. Ou la fille d’une personne frustrée de ne pas être devenue artiste qui se lance dans la peinture.

Même lorsqu’on ne suit pas le projet sens, préférant les aspirations de notre âme, l’enfant en gestation peut nous faire ressentir de la culpabilité ou nous mettre des bâtons dans les roues afin de nous faire changer de voie.

Les chakras du bas

Cet enfant est très en lien avec nos 2 premiers chakras. Ces derniers sont en lien avec notre survie, nos matérialisations concrètes, notre sexualité et nos capacités à vivre seuls ou en groupe. Notre enfant en gestation a donc une influence directe sur ces éléments. Notre peur de manquer ou notre insécurité sexuelle sont souvent liées à cette partie de nous.

Influence de l’enfant en gestation

L’enfant en gestation est très en lien avec notre cerveau reptilien, celui connecté à nos réactions automatiques et à nos besoins profonds. C’est souvent lié à son influence que nous perdons complètement le contrôle et agissons de manière contraire à notre logique.

Par exemple, une femme enceinte se sent très seule, soit parce que le père est absent, soit parce qu’il a beaucoup d’activités et ne s’implique pas dans la grossesse. Si cette solitude éveille en elle des blessures, elle peut transmettre à son fœtus cette peur de se trouver seul-e. Son enfant va intégrer cette donnée dans ses cellules et son enfant en gestation. Plus tard, il va accepter une personne qui le maltraite et le bat juste pour ne pas être seul-e. L’exemple est un peu simpliste, mais il montre bien la puissance de notre enfant en gestation qui est bien souvent ignoré dans le travail sur soi.

Presque toutes les fois où nous avons des schémas inconscients répétitifs que nous n’arrivons pas à expliquer où à transcender, notre enfant en gestation est impliqué, surtout s’ils sont en lien avec la survie, la solitude et la sexualité.

Travailler avec l’enfant en gestation

Il existe plusieurs moyens de travailler avec cet enfant intérieur :

  • Remonter à cette période pour nettoyer ce qui bloque, par exemple grâce à l’hypnose, le soin par la matrice ou la kinésiologie
  • Nettoyer le projet sens dans le présent par le décodage biologique, la kinésiologie, des affirmations ou l’EFT
  • Entrer en communication avec son enfant en gestation pour comprendre ses besoins et les équilibrer

Le principe est de nettoyer les éléments qui nous bloquent à ce niveau afin que cette part de nous ne nous plongent plus dans des schémas répétitifs inconscients.

Le nouveau-né

Le nouveau-né correspond à la période entre la naissance jusqu’à l’âge de quelques mois ou quelques années, cela dépend des personnes et de leur développement. Nous sommes parfois poussés à grandir très vite ou au contraire à rester un bébé pendant des années.

Il n’y a pas nécessairement de correspondance avec l’âge physiologique et le développement du corps ou des capacités mentales, mais plutôt avec la maturité psychologique.

Caractéristiques du nouveau-né

Le moment de l’accouchement est un traumatisme pour presque tout le monde. Nous étions au chaud, dans du liquide, protégé-e par notre mère, aimé-e, nous pouvions entendre son cœur, la pulsation de ses artères, ses organes internes… Et d’un seul coup, nous avons mal ! Nous sommes propulsé dans un monde froid et hostile avec une personne qui nous malmène. Nous passons d’un milieu aquatique à un milieu aérien. Notre premier souffle ouvre nos poumons qui étaient fermés, ce premier contact avec l’air est extrêmement douloureux !

C’est ainsi que notre nouveau-né intérieur enregistre que le changement est douloureux et dangereux. Nous apprenons ainsi que les transformations sont dangereuses.

Au commencement de notre vie, nous sommes très vulnérables. Nous dépendons entièrement des autres pour notre survie. Cet élément peut nous marquer en fonction de la manière dont nos besoins sont remplis. Cette vulnérabilité et la peur qui en résulte nous rendent très sensibles aux émotions ressenties et perçues dans ces moments.

Notre conscient n’est pas encore formée afin de filtrer les informations qui parviennent à notre inconscient, ce qu’il doit enregistrer ou pas (cela se passe aux alentours de 7 ans). Nos ondes cérébrales sont entre le thêta et l’alpha, ce qui correspond chez l’adulte à des états de sommeil ou d’hypnose. Nous sommes donc très sensibles à toutes les influences extérieures.

C’est ainsi à cette période de notre vie que nous sommes les plus influencés par les conditions extérieures. Par exemple, lorsque nos parents se disputent, sont dépressifs ou ne peuvent pas répondre à nos besoins élémentaires ou ne peuvent pas y répondre de la manière dont nous avons besoin, cela peut nous faire développer une crainte que nos besoins ne soient jamais satisfaits.

Influence du nouveau-né

Le nouveau né en nous influence principalement nos émotions de peur et de survie. Principalement les craintes liées au changement. Lorsqu’il est déséquilibré, nous sommes généralement bloqués, immobilisés en face des transformations nécessaires à notre évolution.

C’est ainsi que nous n’arrivons pas à changer malgré nos désirs et notre volonté. Comme notre nouveau-né intérieur a enregistré que les transformations étaient dangereuses, il s’opposera à nous. Et dans un affrontement direct, il finit toujours par gagner. C’est ainsi que nos bonnes résolutions s’évanouissent.

Si nos besoins de bébé n’ont pas été satisfaits, nous pouvons souffrir de peurs viscérales et inconscientes que nos besoins ne soient jamais satisfaits. Cela peut créer des émotions irrationnelles qui prennent totalement le contrôle de nos fonctionnements.

Travailler avec le nouveau-né

Nous pouvons travailler avec le nouveau-né en nous en revenant dans le passé et en nettoyant les traumatismes vécus à ces moments (hypnose, kinésiologie, matrice, etc.).

Nous pouvons aussi permettre à cette partie de s’apaiser en lui montrant nos capacités de prendre soin d’elle. Si l’adulte en nous prend soin du nouveau-né de manière sereine, parvient à le rassurer, le nouveau-né pourra relâcher ses peurs et ses traumatismes. Les méditations avec des visualisations basées sur ce bébé intérieur visent cet objectif.

Lorsque notre nouveau-né est apaisé, nous pouvons évoluer et changer avec plus de facilité, moins de peurs sans fondement.

Il est généralement important de continuer à prendre soin régulièrement de cette part de nous afin qu’elle s’apaise de plus en plus et ne retombe pas dans ses blocages.

Trois enfants à la base de notre vie

Les trois enfants intérieurs que nous vous avons présenté représentent notre constitution, notre base. Ils nous connectent à notre incarnation et influencent en profondeur qui nous sommes vraiment.

Travailler avec eux est souvent plus difficile, car ils ne savent pas réellement parler. Cependant, tout changement fait à ce niveau a des répercussions importantes sur la base de qui nous sommes.

Dans le prochain article , nous vous présenterons les 3 enfants intérieurs qui vous nous accompagner jusqu’à l’âge adulte.

Amicalement vôtre,

Wanderer & Bhân

2 Thoughts on “Les enfants intérieurs – les 3 plus jeunes

  1. Super intéressant, je n’avais jamais entendu que l’enfant intérieur pouvait être composé de plusieurs enfants ! Cela fait sens que chacune de ces étapes importantes nous influencent grandement.

  2. Article sensationnel ! Je comprend maintenant pourquoi le cerveau n’aime pas le changement, et c’est logique au final.
    Merci pour toutes ces fabuleuses explications, et hâte de lire la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Root of Unity

Recevez notre mini-book : Incarnation en vous inscrivant à notre newsletter

Il est difficile pour une AIP de bien s’incarner sur cette Terre sans perdre sa vraie nature.
Grâce aux exercices proposés dans ce mini-book, vous pourrez connecter votre vie terrestre à votre vibration originelle et ainsi vivre la vie que vous voulez vraiment ici et maintenant.

%d blogueurs aiment cette page :