Pono : la vérité est dans l’efficacité

Table des matières

Ce septième principe reprend un peu tous les autres et les met dans le contexte de notre réalité personnelle. Puisque le monde est tel que l’on croit qu’il est en fonction de l’endroit où nous mettons notre attention sur l’univers sans limite et que toute notre puissance vient de l’intérieur dans l’instant présent et l’amour, il est normal de concevoir que la réalité de chacun est différente.

Si Ike nous explique que notre intérieur créé notre environnement, Pono nous montre que notre environnement explique quelle est notre réalité personnelle et donc nos croyances, nos injonctions.

Ce qui est vrai pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre et vice-versa. Il est donc primordial de nous concentrer sur ce que nous ressentons. En suivant les autres et leurs croyances, nous nous attachons à des concepts ou des injonctions qui ne nous appartiennent pas et ne parvenons que très difficilement à nous en dégager, souvent au prix de nombreuses années de travail personnel dans son développement spirituel et intérieur.

Interprétation scientifique

Empirisme ou science ?

A la base, la science reposait entièrement sur le principe de Pono. Les chercheurs observaient ce qui fonctionnait ou ne fonctionnait pas dans le monde. La science était avant tout empirique, si possible sans idées préconçues.

Avec l’avancée des connaissances, il a été remarqué que les effets n’étaient pas toujours constants et reproductibles. Si une recherche empirique donnait un résultat et une autre un résultat inverse, il ne devenait plus possible de s’y fier.

Les scientifiques ont alors créé des méthodes d’expérimentation plus rigoureuses et standardisées. Cela a permis une normalisation des règles et de la société, tout en permettant aux différents chercheurs du monde de travailler ensemble. Cependant, la science a alors perdu le lien avec l’efficacité pour le transformer dans la preuve scientifique.

L’exemple de l’intolérance au gluten

Imaginons une personne qui a des douleurs digestives et des flatulences. Cette personne remarque qu’en arrêtant le gluten, elle se sent mieux, digère mieux, dort mieux. Elle a même plus de mémoire et de concentration.

Elle va voir son médecin qui lui fait un test sanguin à la recherche d’une éventuelle maladie cœliaque. Les résultats sont négatifs. Le médecin annonce donc à cette personne qu’elle n’est pas intolérante au gluten et peut reprendre les céréales.

Pourtant cette personne a expérimenté qu’elle était mieux sans en manger. Du coup que doit-elle faire ? Faire confiance à ses observations ou au test scientifique et médical qui normative les taux ?

Une vision limitée

Le problème de la science actuelle est qu’elle se base sur des préceptes qui peuvent être justes pour certaines personnes et complétement faux pour d’autres.
Par exemple, la plupart des tests médicaux se basent sur le fait que les êtres vivants ne peuvent pas communiquer autrement avec leur environnement que par le langage verbal et non-verbal. Si quelqu’un parvenait à démontrer que nous communiquons également par l’énergie, cela invaliderait un grand nombre de découvertes scientifiques.

De même, la prétendue non-efficacité de l’homéopathie est basée sur le fait que, sans principe actif, il ne peut y avoir d’effet. Mais la découverte de la mémoire de l’eau a changé le paradigme, même si la médecine classique a encore quelques difficultés à s’adapter.

Un autre exemple, Louis Pasteur a construit sa théorie – sur laquelle est basée toute notre vision de la santé – en affirmant que le corps humain était un milieu stérile, sans aucune bactérie interne. Ce qu’on sait inexact car il y a différentes flores qui nous permettent d’ingérer les aliments que nous mangeons quotidiennement. Il aurait d’ailleurs reconnu son erreur à sa mort. Alors qu’est-ce qui est vrai ?

Plusieurs réalités

D’un côté, les succès de la science et de la médecine moderne leur assurent d’être la vérité selon le principe de Pono. Elles ont su s’affirmer comme efficaces et donc sont réelles pour la plupart des gens.

Mais cela ne signifie pas que les autres méthodes soient fausses. Des personnes seront très réceptives aux antibiotiques et aux vaccins alors que d’autres le seront plus aux huiles essentielles et à l’homéopathie par exemple.

Cependant, ce concept dérange car il empêche une standardisation des processus, un élément sur lequel s’appuie notre société pour “vendre” une réalité commune, unique et normée. Voilà pourquoi l’establichment combat cette idée : la réalité est propre à chacun.

L’Evidence Based Medecine (médecine basée sur les faits)

Pour sortir des limitations de la science sans la rejeter, des médecins ont créé la médecine basée sur les faits. Cette approche thérapeutique consiste à utiliser ce qui fonctionne que ce soit prouvé scientifiquement ou non. Les thérapeutes ne vont rejeter aucune approche, juste sélectionner la plus efficace dans la globalité de la santé de leur client à un moment T.

Cette approche est, par essence, créée sur le principe de Pono. On utilise ce qui est efficace sans se demander si la science et la société l’approuvent.

Cette approche est plus difficile que les approches classiques car elle oblige à s’adapter à la réalité de chaque cas au lieu de se reposer sur des analyses standards, des protocoles définis à l’avance selon quelques critères statistiques .

De multiples mondes

Une des théories de la physique quantique explique que nous vivons dans une infinité de dimensions. Certaines ne varient que par quelques détails (est-ce que je me suis brossé les dents hier soir) et d’autres peuvent être totalement différentes (le soleil tourne autour de la terre).

Selon cette théorie, nous vivons tous dans des dimensions différentes et nous pouvons aisément nous déplacer de l’une à l’autre. Elle explique ainsi pourquoi ce qui fonctionne pour l’un ne fonctionnera pas pour l’autre à un moment donné et pourra fonctionner à un autre moment, selon les croyances et les injonctions.

Cette théorie est difficile à appréhender par notre cerveau tellement elle ouvre de possibilités. Si nous ne pouvons nous appuyer sur une réalité, comment pouvons-nous rester dans notre zone de confort ?

L’inconscient collectif

Gustav Jung est le premier à avoir écrit sur le sujet mais les sagesses ancestrales parlent depuis longtemps d’une énergie qui nous relie tous. Depuis, plusieurs courants de psychologie se sont intéressés au sujet.

Cet inconscient collectif est la somme de toutes les croyances et pensées de plusieurs personnes. A la base, il représente la somme des inconscients de l’humanité, mais il se sépare en plusieurs parties plus petites (les Européens, les Américains, les Chinois, les Gabonais, les Parisiens, etc.). Plusieurs courants de la psychologie parlent d’Egregors. Le concept est proche de celui d’inconscient collectif.

Ce dernier explique pourquoi nous avons souvent des idées communes entre les personnes d’une communauté, d’un pays, d’une planète et pourquoi il nous est difficile d’avoir des visions originales et surtout différentes de la vie.

L’inconscient collectif donne plus d’efficacité et donc plus de réalité à ce qui est cru par la plupart des personnes. Voilà pourquoi certaines approches sont généralement plus efficaces que d’autres, sauf pour certaines populations qui ont un inconscient collectif différent.

Interprétation énergétique

L’énergie étant, par essence mobile, fluide et en transformation constante, il n’y existe pas de réalité figée, à par celle que la réalité est en changement perpétuel. L’énergie suit de manière immédiate la Conscience et l’attention, l’intention.

Des approches qui s’excluent de manière illusoire

Les centaines de techniques qui utilisent l’énergie pour matérialiser, soigner ou transformer sa vie ont souvent des visions contradictoires. Les enseignants ou praticiens de ces méthodes n’hésitent parfois pas à critiquer ouvertement les autres qui ne rentrent pas dans leur manière de voir le monde.

Le principe de Pono – et donc des multiples réalités – montre comme il est illusoire de séparer et opposer des méthodes. Si nous trouvons ce qui est le plus efficace pour nous, nous pouvons remercier de cette chance et laisser les autres trouver ce qui est le mieux pour eux. Essayer de les détourner d’une voie, même avec les meilleures intentions du monde, apporte généralement des blocages pour tous. En effet, comment pourrions-nous savoir ce qui est réellement bon ou non pour l’autre ? En intégrant de plus en plus cette philosophie, nous parvenons à nous dégager en douceur des jugements et du besoin de contrôler les actions des autres.

Expérimenter, tester, expérimenter et encore tester

L’efficacité étant différente pour chacun, il est important de tester et d’expérimenter (vivre une expérience) en permanence de nouvelles approches sans tenir compte des avis communs de la société et de ses proches.

Une technique vous inspire ? Essayez-la pendant quelques semaines et analysez vos résultats. Sont-ils meilleurs ? Alors continuez, sinon changez (sauf si ça vous plaît de continuer pour voir où cela vous mène).

Puis, quand on se sent appelé, on peut tester une nouvelle approche et ainsi s’approcher de plus en plus de notre réalité interne et du maximum d’efficacité l’instant présent dans notre vie.

Des thérapies contradictoires qui fonctionnent

Il existe des centaines, voir des milliers d’approches thérapeutiques différentes, de la médecine à l’énergétique, en passant par le décodage des maladies… Si certaines ont des visions relativement proches, d’autres ont des approches totalement opposées, comme celles où il faut trouver l’origine de sa maladie et l’autre où il s’agit de jus lâcher complètement prise, faire confiance au divin et laisser être les choses.

Ce qui peut paraître le plus surprenant est que toutes ces thérapies ont leurs lots de guérisons fabuleuses.
Pono explique parfaitement pourquoi des thérapies si différentes fonctionnent toutes.

Cela signifie qu’il est important de suivre des thérapies en fonction de nos aspirations et non en écoutant ce qui devrait être le mieux selon les autres.

Choisir sa thérapie

Du coup comment choisir la thérapie qui me conviendra le mieux ?

Généralement, nous analysons les solutions à l’aide de notre mental ou demandons aux autres ce qu’ils en pensent. Même si cette méthode peut porter ses fruits, il est souvent plus avisé de passer par une méthode qui nous semble souvent totalement farfelue et surtout intuitive.

Avant de faire ses recherches, mieux vaut prendre un moment pour se centrer dans son cœur (par exemple avec la flamme du cœur) et se demander honnêtement en quoi nous avons le plus confiance, ce qui nous semble nous apporter les meilleures chances de guérison, partielle ou complète. La plus grande difficulté de cette méthode est de rester dans son cœur et non pas de remonter dans son mental ou son émotionnalité (mix d’ego, d’émotionnel et de mental).

En réalité, nous savons très bien ce qui nous parle le plus. Même, nous l’avons toujours su au fond de nous. Mais la peur, les idées préconçues, nos croyances limitantes, les injonctions nous empêchent d’y aller.

Par exemple, nous savons que les huiles essentielles sont très efficaces, mais nous continuons à prendre uniquement des traitements classiques/alopathiques par besoin de rester dans la norme. À l’inverse, certaines personnes refusent de prendre un médicament parce qu’on leur a dit que c’était mauvais pour eux. Ce qui n’a pas plus de sens.

Personne ne peut savoir ce qui sera le plus efficace dans votre réalité, vous seul le savez. Essayez, testez, expérimentez et vivez.

L’extérieur comme outils pour connaître l’intérieur

Puisque ce qui est efficace pour moi détermine ma réalité, cela signifie que je peux utiliser les éléments extérieurs que j’observe dans ma vie pour connaître mon intérieur.

Un exemple simple : si la fleur de Bach Holly (fleur de la colère) est efficace pour améliorer ma douleur à l’épaule, cela signifie que :

  • j’ai des colères non équilibrées (et pas forcément conscientes)
  • dans ma réalité, ma douleur à l’épaule est due à ces colères et donc que je suis sujet aux douleurs psychosomatiques
  • je suis sensible et crois au pouvoir vibratoire des plantes

Je peux utiliser ces informations pour mieux comprendre ma manière de voir le monde et ainsi creuser dans mes croyances inconscientes. Plus j’en apprends sur moi, plus je peux agir pour mon plus grand bien et plus ma vie deviendra facile.

Interprétation spirituelle

Il existe plein d’approches spirituelles différentes qui empruntent des sentiers parfois opposés. Notre mental a souvent tendance à confronter ces visions et à croire qu’elles s’excluent l’une et l’autre.

Prenez par exemple un moine chrétien et un yogini hindouiste. Vu de l’extérieur, on peut imaginer que l’un à raison et l’autre tort ou l’inverse. Cependant, s’ils sont assez avancés sur leurs chemins spirituels, ils savent qu’ils ont tous les deux raisons, car ce qui importe est qu’ils parcourent leur chemin, pas celui des autres.

On croit souvent qu’un gourou montre le chemin, mais en général un vrai gourou sait que le chemin est unique à chacun. Son travail est d’aider l’élève à trouver ce qui est vrai et efficace pour lui.

Certains “maîtres” prétendent connaître et enseigner LA vérité. Il est toujours possible que ce soit dans le but de provoquer les croyances de ses élèves afin de les nettoyer. Mais, dans la plupart des cas, il est probable que ces individus soient bloqués sur le chemin spirituel par leur ego qui essaie de “normaliser” leurs ressenti et qu’ils ne connaissent pas vraiment leur propre vérité.

Signification pour les AIP

La question qui hante presque tous les AIP à un moment de leur vie est d’où est-ce que je viens ? Qui suis-je ?
Surtout quand on commence à consulter des forums comme SoU, on peut se demander si on est un starseed, un enfant Indigo, un avatar, un maître de lumière, un ange incarné, etc.

Pono nous propose de regarder le problème sous un autre angle : au lieu de chercher intellectuellement une réponse qui n’existe pas, autant se concentrer sur ce qui nous permet d’avancer ici et maintenant.

Est-ce qu’être un Starseed m’aide à me sentir mieux, plus aligné ? Si la réponse est oui, alors c’est vrai pour moi. Peu importe de savoir si les autres l’acceptent ou pas, le croient ou non.
Il peut être intéressant de comprendre pour ensuite se détacher et continuer sa route avec une information en plus sur nous.

Pono nous apprend à faire confiance à ce que nous ressentons à l’intérieur plutôt qu’à ce que nous impose l’extérieur.

Quand on vous parle de starseed ou d’AIP, vous sentez résonné en vous ces propos comme justes ? Alors, il est fort probable que vous soyez une âme incarnée particulière.

Amicalement vôtre,

Wanderer & Bhân

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Root of Unity

Recevez notre mini-book : Incarnation en vous inscrivant à notre newsletter

Il est difficile pour une AIP de bien s’incarner sur cette Terre sans perdre sa vraie nature.
Grâce aux exercices proposés dans ce mini-book, vous pourrez connecter votre vie terrestre à votre vibration originelle et ainsi vivre la vie que vous voulez vraiment ici et maintenant.

%d blogueurs aiment cette page :